Accueil La commune Historique Historique de la ville de Faugères

Historique de la ville de Faugères


Le site était jadis occupé par plusieurs villas romaines. Aujourd'hui, ce remarquable village perché, avec ses remparts du 12e siècle, est entouré de son prestigieux vignoble.

Faugères est une ancienne place forte protestante tenue par le baron Claude de Narbonne, assiégée par Montmorency en 1622.

On admire aujourd'hui les façades romanes et les demeures des 16e et 17e siècles. La tour Nord, autrefois couronnée de mâchicoulis, défendait au 12e siècle la porte Nord du bourg et servit de temple entre 1795 et 1837.

Enfin, un superbe panorama s’offre à vous depuis le haut du village et la nature environnante est fort riche en découvertes !

Faugères, comme beaucoup de villages, a un passé historique important.

Le seigneur le plus connu est, Claude de Narbonne-Caylus, Baron de Faugères, de Lunas et autres places. Mais avant lui, d’autres seigneurs commandaient la place forte de Falgueriis, ou Falgariis, nom qui était donné au village depuis la domination romaine ; d’ailleurs le latin sera pendant plusieurs siècles la langue officielle.

Le premier châtelain de Faugères qui apparaît dans les livres, fait état de Gisalfredus de Felgariis, dans un acte du mois de mars 1023, passé à Narbonne. Est-il un descendant de Gisalfred ? Rien pour l’instant permait de confirmer cette hypothèse.
Ensuite l’on trouve Rodmundus de Falgueriis, qui reçoit en 1030 d’Escodocamus, la moitié du castrum de Lignan.

Guisalfred Rodmond, l’an 1053, est le médiateur d’un procès entre Odon de Corneilhan et ses frères, Rostaing et Guillaume. Cela se passe à Lignan. L’année suivante, il est témoin du vicomte de Béziers qui vend l’avouerie de l’abbaye de Saint-Geniès de Grézan au chapitre de Saint-Nazaire de Béziers.

En 1077, Rodmond de Felgarias, avec son frère Raimond Gisalfred, restitue à l’évêque Matfred l’archidiaconé et son honneur qui avait appartenu à Salomon Rodmond, leur oncle, puis à leur frère Bernardus Guisalfredus. Ils restituent également ce que leur père et mère, avaient acquis de l’évêque de Béziers, à Aspiran et à Lignan. En 1084 ils sont parmi les témoins qui sont rassemblés dans la cathédrale de Béziers, où le comte de Toulouse renonce à ses droits de dépouille sur l’évêque. Rodmond vend à l’évêque Matfred un très beau cheval estimé à 200 sous. Pour comparaison, la dot d’une jeune fille de la petite aristocratie tourne autour de 500 sous.

En 1085, Raimond Gisalfred de Felgarias rachète les dîmes de l’église de Saint-Geniès de Grézan, mais il a du mal à les récupérer. L’évêque Matfred lance une excommunication sur l’église, pour une durée de trois années, qui cède.

En 1088 Pierre Ermengaud de Pouzolles confie dans son testament la garde de son jeune fils et du castrum, à Rodmond de Faugères, jusqu’à ce que l’enfant atteigne sa trentième année.

En 1110, Raimond Baltugad de Felgueiras et son fils Sicard, tiennent d’Arnaud Ermengaud, un fief biterrois (non localisé) avec les Rocozels.

En 1121 Salomon de Faugères est témoin de l’acte de mariage d’Ermessinde, fille du vicomte Bernard Aton Trencavel, unie à Rostaing de Posquières.

En 1136, Faugères est désigné pour la première fois comme étant un castrum et les noms de deux chapelains desservant l’église Saint-Christophe sont connus : Guiraud et Bernard.

En 1147, Salomon de Faugères et ses enfants exemptent du droit de leude à Faugères les marchandises des moines transitant par le castrum.
Guilhermus de Felgariis et son frère Petrus Raymundi, en 1156, sont témoins d’un plaid tenu dans le castrum de Servian, qui consiste à réconcilier le, vicomte de Bruniquel et Austor de Lunas.

En 1160 l’église Saint-Christophe de Faugères est alors reconnue à l’évêque de Saint-Nazaire de Béziers.
Guilhermus de Felgariis est témoin en 1164, de l’acte de serment de fidélité, passé par Bermond de Vinassan et son frère Adalric, à Raimond Trencavel, Roger son fils et Saure comtesse pour le château de Vinassan. En 1191 il reçoit de Roger vicomte de Béziers le château de Lunas.

En 1197 Salomon de Faugères a des droits sur Mourcairol, Violès, La Vernière, Bardejean, Villecelle, La Tourette, Villelongue et Grémian. Trois ans plus tard il signe une charte avec l’abbé Bérenger de Villemagne au sujet du péage et du sauf-conduit pour les marchandises qui passent par Faugères.

En 1209 Gaufred de Faugères est également le seigneur de Lunas, ainsi que d’Hérépian en 1231. En 1250 il se partage avec Odon de l’Isle, les terres de Mourcairol et du Poujol.

En 1285, Guisalfred de Faugères fait hommage au roi de France des terres de Faugères, de Fos, Montesquieu, Roquessels, Pézenes, Ceilhes, Mercoirol, Lunas, Bédarieux et autres terres.

En 1310 Arnaud de Falguières est nommé cardinal par le pape Clément V.

Salomon de Faugères va en compagnie de Raymond de Montesquieu et de Pons VI de Thézan du Poujol, en 1346, lutter en Aquitaine contre Edouard III roi d’Angleterre et ses troupes, durant la guerre dite de cent ans.
Jean de Faugères est le seigneur en 1370. Le château d’Hérépian lui appartient quelques années plus tard.

En 1433, Jean de Narbonne est le baron de Faugères, et consent un bail à nouveau fief d’un patu et son arcade dans l’enclos du château d’Hérépian. Il avait épousé Marguerite de Faugères.

Son fils Antoine sera également baron de Faugères et de Lunas et son fils Jean lui succédera. Ce dernier épousa Béatrix de Faugères-Caylus. Ils sont les parents du baron Claude de Narbonne-Caylus, qui embrassera la religion réformée et défendra celle-ci de toutes ses forces. Il épousa Marquise de Gep de Fos, qui lui donnera Marie, Marquise et Jean. Ce dernier sera le seigneur et baron de Faugères, de Lunas, de Roquessels et autres lieux. Il épousera en 1589 à Béziers, Antoinette du Caylar, d’où Guillaume, Isabeau, Marquise, Henri et Jacques.

Henri prendra la succession de son père et Jacques sera Capitaine d’Infanterie dans le Régiment de Languedoc en 1636.

Henri épousa en 1626 Isabeau de Vignolles, avec qui il aura Jean-Jacques et Antoinette.

En 1641 il prit une seconde alliance avec Isabeau de Bargeton, qui lui donnera Pierre-Jean, Anne, Jean-Gabriel, Henri et Isabeau. Pierre-Jean sera baron de Faugères et à la Révocation de l’Edit de Nantes, il émigrera avec sa femme et ses enfants, ainsi que quelques habitants du village en Allemagne où il sera nommé conseiller d’ambassade. Henri  récupèrera les baronnies de Faugères, Lunas et Sourlan, après avoir abjuré. Il épousera Anne de Pascal de Saint-Félix, dont il n’aura point d’enfant.

La descendance de Marie, fille de Claude de Narbonne-Caylus est présente de nos jours.

Michel VIALA

 


Source biblio :
- Histoire générale de Languedoc - T 4 - 5 - 7 et 8 - Devic et Vayssette
- Genèse des lignages méridionnaux - T 1 et 2 - Claudie Duhamel-Amado
- Cartulaire de l'abbaye de Silvanès
- Cartulaire des Trencavel
- Fonds Thézan aux archives du château de Léran - Pasquier et Olive
- Faugères en Biterrois - Emile Ségui
- Bulletin de la Société Archéologique et Historique des Hauts Cantons de l'Hérault - N° 11 - 13 - 17 et 24
- Promenades à travers les Temples de France
- Histoire de l'Eglise Réformée de Montpellier - Philippe Corbière
- Archives de Faugères